fr

Rapport final de l'AEMF

Cet article n'est pas un avis juridique.

Période transitoire pour la fourniture de services de financement participatif dans l'UE

19.05.2022

Rapport final

Avis technique de l'AEMF à la Commission sur la possibilité de prolonger la période transitoire conformément à l'article 48, paragraphe 3, du règlement (UE) 2020/1503

ESMA
19 mai 2022
ESMA35-42-1445

  1. Table des matières
  2. Points clés
  3. Application du règlement aux prestataires de services de financement participatif qui fournissent des services de financement participatif uniquement sur une base nationale
  4. Impact du règlement sur le développement des marchés nationaux du financement participatif
  5. La pertinence de prolonger la période de transition

2. Points clés

Motifs de publication

L'article 48, paragraphe 1, du règlement (UE) 2020/1503 (« ECSPR ») prévoit une « période de transition pour les services de financement participatif fournis conformément au droit national ». En particulier, il permet aux prestataires de services de financement participatif de continuer, conformément au droit national applicable, à fournir des services de financement participatif inclus dans le champ d'application du ECSPR jusqu'au 10 novembre 2022 ou jusqu'à ce qu'ils obtiennent une autorisation conformément à l'article 12 du ECSPR. . , selon la première éventualité.

L'article 48, paragraphe 3, du ECSPR prévoit que la Commission européenne («la Commission»), après consultation de l'Autorité européenne des marchés financiers («AEMF»), doit évaluer certains aspects pertinents pour déterminer si une prolongation de la période transitoire visée à l'article 48. (un). Il est conseillé d'utiliser ECSPR.

Le 29 mars 2022, l'ESMA a reçu une demande formelle (mandat) de la Commission pour fournir, d'ici le 27 mai 2022, un avis technique sur les aspects visés à l'article 48, paragraphe 3, du ECSPR, à savoir :

  • sur l'application du règlement aux fournisseurs de services de financement participatif qui fournissent des services de financement participatif uniquement sur une base nationale ;
  • sur l'impact du règlement sur le développement des marchés nationaux du financement participatif et sur l'accès au financement ; et
  • sur l'opportunité de prolonger la période de transition.

Compte tenu des contraintes de temps pour fournir des conseils, l'ESMA n'a entrepris que des consultations non publiques ciblées avec les autorités nationales, les principales parties prenantes et les principales associations européennes de consommateurs.

L'ESMA a reçu des données des ANC des 22 États membres suivants : AT, BE, BG, CY, CZ, DE, DK, EE, EL, ES, FI, FR, HU, IE, IT, LU, LV, MT, NL, PL, RO, SK.

Contenu

Le rapport final contient des conseils techniques de l'ESMA. La section 3 traite de l'application du règlement aux prestataires de services de financement participatif qui fournissent des services de financement participatif uniquement sur une base nationale, la section 4 traite de l'impact du règlement sur le développement des marchés nationaux du financement participatif et l'accès au financement, et la section 5 examine la pertinence de prolonger la période de transition.

Prochaines étapes

Le rapport final a été soumis à la Commission européenne le 27 mai 2022.

Definitions et ABREVIATIONS

  • ECSPR - Règlement (UE) 2020:1503 du 7 octobre 2020 sur les prestataires européens de services de financement participatif pour les entreprises
  • KIIS - Bulletin d'informations clés sur l'investissement visé à l'article 23 ECSPR
  • ANC - Autorité nationale compétente
  • Questions et réponses – Questions et réponses

 

3. Application du règlement aux prestataires de services de financement participatif qui fournissent des services de financement participatif uniquement sur une base nationale

 

3.1. Mandat

Extrait de la demande d'avis de la Commission

L'ESMA est invitée à fournir des conseils techniques pour aider la Commission à examiner la nécessité de prolonger la période de transition pour les prestataires de services de financement participatif déjà agréés en vertu du droit national, conformément à l'article 48, paragraphe 3, du règlement, et plus spécifiquement sur les aspects suivants :

  • sur l'application du règlement aux fournisseurs de services de financement participatif qui fournissent des services de financement participatif uniquement sur une base nationale ;

 

3.2. Une analyse

3.2.1. Impact attendu de l'ECSPR sur les prestataires de services de financement participatif bénéficiant de la période de transition

  1. L'article 48, paragraphe 1, de l'ECSPR prévoit que « les prestataires de services de financement participatif peuvent continuer, conformément au droit national applicable, à fournir des services de financement participatif qui sont inclus dans le champ d'application du présent règlement jusqu'au 10 novembre 2022 ou jusqu'à ce qu'une autorisation leur soit accordée, visée à l'article 12, selon la première éventualité.
  2. Dans une question-réponse publiée le 10 novembre 2021, la Commission a précisé que "(...) la période transitoire devrait être considérée comme applicable à toutes les organisations fournissant des services de financement participatif dans le cadre de l'ECSPR, conformément au "droit national", selon lequel « droit national » peut être soit un régime spécifique de financement participatif, soit une autre loi applicable, soit simplement le droit privé applicable aux opérations de financement participatif dans cet État membre particulier. »
    Q&A 2.1
  3. Par conséquent, la plupart des prestataires de financement participatif qui étaient actifs avant l'entrée en vigueur du ECSPR (c'est-à-dire le 10 novembre 2021) opèrent désormais en vertu du droit national pendant la période de transition prévue à l'article 48, paragraphe 1, du ECSPR.
  4. Sur la base des commentaires reçus de l'ANC, il apparaît que la transition des législations nationales pertinentes vers le cadre ECSPR devrait être onéreuse pour les fournisseurs de financement participatif dans l'ensemble de l'Union.
  5. En effet, sur les 22 ANC qui ont fourni un retour d'information à l'ESMA, 13 ont indiqué qu'aucun traitement spécial n'existe dans leur État membre en vertu du droit national. Pour les prestataires de financement participatif établis dans ces États membres, le respect du vaste ensemble d'exigences prévues par l'ECSPR s'avérera être un défi majeur.
    Ceux. la législation relative au financement participatif, tout ou partie des principaux aspects organisationnels et de protection des investisseurs couverts par le ECSPR
  6. Les ANC des 9 États membres restants - ceux qui disposaient auparavant d'un régime spécifique spécifique au financement participatif - ont tous calculé que l'adaptation à l'ECSPR s'avérerait néanmoins contraignante pour les fournisseurs de financement participatif.
    2 ANC ont indiqué que les ajustements nécessaires seraient modérément lourds (certains ajustements importants seraient nécessaires), 4 ANC ont indiqué que l'ajustement serait lourd (quelques ajustements importants seraient nécessaires) et 3 ANC
  7. Certains aspects du régime établi par l'ECSPR ont été spécifiquement notés comme étant particulièrement difficiles à mettre en œuvre dans une organisation existante, tels que les exigences du KIIS, l'information des investisseurs concernant les offres de financement participatif basées sur des prêts, les conflits d'intérêts, les services de garde et de paiement, ou une entrée épreuve de connaissance.

 

3.2.2. État actuel de l'application de l'ECSPR aux fournisseurs de services de financement participatif bénéficiant d'une période de transition

  1. Sur la base des données recueillies auprès de la NCA, il apparaît qu'au 22 mars 2022, aucun fournisseur de services de financement participatif n'a été autorisé en vertu de l'ECSPR.
    L'ESMA a connaissance qu'au moins une autorisation au titre du SPR CE a été délivrée dans l'Union depuis le 22 mars 2022
  2. Il apparaît également qu'à ce jour, seules 15 plateformes de financement participatif ont déposé une demande d'autorisation au titre de l'ECSPR, sur un nombre estimé de 271 plateformes de l'UE bénéficiant actuellement de la période de transition (c'est-à-dire que 94,5 % des prestataires de services de financement participatif dans l'Union n'ont pas déposé de demande pour un permis au titre de l'ECSPR à cette date). Il convient également de noter que, dans certains États membres, la désignation d'une autorité compétente responsable du processus d'autorisation est encore à l'étude dans certains États membres ou a été effectuée très récemment.
  3. Ce faible niveau de demandes d'autorisation reçues est encore plus prononcé dans certains États membres comptant un nombre important de fournisseurs de financement participatif.
    Par exemple, la France (population estimée : 109 fournisseurs de financement participatif, 3 demandes d'autorisation soumises au 22 mars 2022) ou l'Italie (population estimée de 54 fournisseurs de financement participatif et aucune demande d'autorisation soumise au 22 mars 2022).

Raisons identifiées pour le retard des fournisseurs de financement participatif à demander une autorisation conformément à l'ECSPR

  1. Bien que la situation de chaque fournisseur de financement participatif puisse être différente, il semble possible, sur la base des commentaires reçus des parties prenantes, d'identifier l'ensemble de raisons suivant pour expliquer le retard des fournisseurs de financement participatif de l'Union à demander une autorisation ECSPR :
    • Tout d'abord, il apparaît que le passage du cadre national souvent relativement allégé au régime complet institué par l'ECSPR représente une charge importante pour les prestataires de financement participatif et les oblige à réorganiser en profondeur leurs organisations, procédures et opérations conformément à l'ECSPR. Par conséquent, une grande partie des fournisseurs de financement participatif dans l'Union ne sont pas encore prêts ou prêts à se conformer au ECSPR. Cette raison est devenue la clé pour expliquer le retard.
    • Deuxièmement, l'augmentation des coûts d'exploitation associée à la conformité EU SPR devrait réduire les marges et la rentabilité des fournisseurs. Sur la base des retours d'expérience reçus, l'ECSPR rend également difficile l'attraction des investisseurs (en particulier des investisseurs particuliers) par les plateformes de financement participatif et les projets les plus attractifs (notamment en raison du seuil de 5 000 000 € fixé au point c) de l'article 1er, paragraphe 2, du l'ECSPR). Cela a obligé certains fournisseurs (y compris les grands) à reconsidérer leur modèle économique.
    • Troisièmement, il semble qu'un certain nombre de fournisseurs de financement participatif attendent toujours une action de niveau 2 pour ajuster leurs procédures internes à un niveau de détail raisonnable avant de demander une autorisation auprès de leur ANC, et estiment en outre que certains problèmes, liés à l'interprétation et à l'application de la L'ECSPR mérite des éclaircissements supplémentaires. Tout en reconnaissant qu'un certain nombre de mesures de niveau 2 sont disponibles sous leur forme préliminaire, il semble que les coûts associés à la restructuration de la gouvernance et des dispositions opérationnelles aient amené un certain nombre de fournisseurs de financement participatif à retarder la mise en œuvre des changements organisationnels nécessaires pour s'appuyer sur un cadre juridique globalement stable . .
    • Enfin, il apparaît que l'incertitude financière au cours des 18 derniers mois en raison de la pandémie de COVID19 et de la situation post-pandémique a également joué un rôle dans le retard dans la demande de permis dans le cadre de l'ECSPR. Conséquences potentielles si les fournisseurs de financement participatif retardent la demande d'autorisation au titre de l'ECSPR
  2. L'ESMA estime que le retard de la grande majorité des fournisseurs de financement participatif à demander une autorisation ECSPR auprès de leurs ANC pourrait potentiellement avoir un impact négatif sur le marché européen du financement participatif.
  3. Premièrement, il est probable que de nombreux fournisseurs de financement participatif qui n'ont pas encore postulé le feront vers la fin de la période de transition (c'est-à-dire fin du deuxième trimestre/début du troisième trimestre 2022). Si ce scénario se concrétise, les ANC seront confrontées à un grand nombre de demandes de permis. Dans certains États membres, cela peut signifier plusieurs dizaines de demandes déposées en même temps. Cet afflux soudain de demandes rendra difficile pour les ANC, et en particulier les ANC des États membres disposant d'un marché de financement participatif solide, d'accorder toutes les approbations demandées avant la fin de la période de transition. (c'est-à-dire le 10 novembre 2022). En effet, sur les 21 ANC qui ont exprimé leur avis sur la question, 16 ont indiqué que dans un tel scénario, accorder l'autorisation ECSPR à tous les fournisseurs de services de financement participatif restants dans leur État membre d'ici le 10 novembre 2022 serait difficile, très difficile, voire impossible. Il convient de noter que toutes les ANC des États membres ayant un marché du financement participatif plus actif ont exprimé leur inquiétude, trouvant difficile voire impossible de délivrer un permis avant le 10 novembre 2022.
    ceux. toutes les demandes d'autorisation restantes sont en effet reçues par l'ANC entre la fin du 2e et le début du 3e trimestre.
    Sur les 21 ANC, 5 ont estimé que la délivrance de permis à tous les fournisseurs de financement participatif d'ici le 10 novembre 2022 serait un processus facile, 4 s'attendaient à ce que ce soit difficile, 6 très difficile et 6 l'ont trouvé impossible.
  4. En conséquence de ce qui précède, en supposant que la période de transition ne soit pas prolongée, il semble probable qu'un nombre (potentiellement important) de fournisseurs de financement participatif devront cesser de fournir des services de financement participatif (y compris le lancement de nouvelles offres de financement participatif) après le 10 novembre 2022.
  5. Cela aura notamment 2 conséquences :
    • Premièrement, les fournisseurs de financement participatif qui ne parviennent pas à obtenir une autorisation en temps voulu devront cesser de facturer les clients (investisseurs et porteurs de projet) tout en continuant à assumer leurs coûts d'exploitation fixes. Cette situation peut exposer certains de ces prestataires à des risques financiers, parfois dans une large mesure.
    • Deuxièmement, les projets de financement participatif en cours proposés sur les plateformes des prestataires de services de financement participatif qui n'étaient pas autorisés avant le 10 novembre 2022 devraient être immédiatement suspendus. Cela peut affecter négativement la performance des investissements dans de telles offres, ce qui peut avoir des conséquences négatives pour les investisseurs qui ont investi leur argent dans de telles offres.

3.3. Conseils techniques

L'ESMA invite la Commission à considérer que l'application du CSAPR exige que les fournisseurs de financement participatif existants apportent des modifications importantes à leur gouvernance et à leurs modalités opérationnelles actuelles. L'ESMA invite également la Commission à examiner attentivement les implications pour le marché européen du financement participatif de ne pas prolonger la période de transition prévue à l'article 48, paragraphe 1, du ECSPR.

La Commission est spécifiquement priée de noter que, sur la base des informations reçues des fournisseurs de financement participatif et de l'ANC, il semble très probable qu'un certain nombre de fournisseurs de financement participatif ne seront pas autorisés en vertu de l'ECSPR avant le 10 novembre 2022 et que ces fournisseurs devront donc suspendre leurs activités commerciales tout en continuant à travailler. supportent leurs frais fixes de fonctionnement. L'arrêt des services de financement participatif existants peut également affecter les investisseurs, y compris les investisseurs inexpérimentés qui ont investi dans des projets de financement participatif proposés sur les plateformes des prestataires de services de financement participatif bénéficiant des avantages de la période de transition.

 

4. Impact du règlement sur le développement des marchés nationaux du financement participatif

4.1. Mandat

Extrait de la demande d'avis de la Commission

L'ESMA est invitée à fournir des conseils techniques pour aider la Commission à examiner la nécessité de prolonger la période de transition pour les prestataires de services de financement participatif déjà agréés en vertu du droit national, conformément à l'article 48, paragraphe 3, du règlement, et plus spécifiquement sur les aspects suivants :

  • sur l'impact du règlement sur le développement des marchés nationaux du financement participatif

4.2. Une analyse

  1. Comme indiqué à la section 3, en date du 22 mars 2022, aucun permis n'a été délivré en vertu de la SPR EC. Ainsi, l'ESMA n'est pas en mesure de donner un avis sur les implications de l'ECSPR.
  2. Cependant, les retours d'expérience de certains prestataires de financement participatif ont indiqué que les ajustements nécessaires et les incertitudes liées à l'application prochaine de l'ECSPR ont eu un impact négatif sur le marché du financement participatif, notamment en amenant un certain nombre d'acteurs à adopter une approche prudente ou à repenser leur modèle économique.
  3. Du point de vue de la protection des consommateurs, on s'attend à ce que la fin de la période de transition et l'application de facto à l'échelle de l'Union des exigences énoncées dans l'ECSPR augmentent le niveau de protection offert aux investisseurs dans l'ensemble de l'UE, et plus encore aux investisseurs inexpérimentés. Une association européenne de consommateurs a noté que l'extension de la période de transition pourrait être préjudiciable aux investisseurs car elle prolonge la situation dans laquelle différents régimes (par exemple ECSPR et législations nationales) coexistent avec différents niveaux de protection des consommateurs.

4.3. Conseils techniques

Étant donné qu'à ce jour, aucun fournisseur de financement participatif n'a commencé à opérer avec l'autorisation EC SPR, l'ESMA n'est pas en mesure de conseiller la Commission sur son application effective.

 

5. La pertinence de prolonger la période de transition

5.1. Mandat

Extrait de la demande d'avis de la Commission

L'ESMA est invitée à fournir des conseils techniques pour aider la Commission à examiner la nécessité de prolonger la période de transition pour les prestataires de services de financement participatif déjà agréés en vertu du droit national, conformément à l'article 48, paragraphe 3, du règlement, et plus spécifiquement sur les aspects suivants :

  • sur l'opportunité de prolonger la période de transition

5.2. Une analyse

5.2.1. La pertinence de l'extension en termes de protection des consommateurs

  1. À la lumière du système de protection des investisseurs fragmenté existant en raison de la diversité des législations nationales, et comme l'a confirmé l'association européenne des consommateurs, une décision de ne pas prolonger la période de transition serait plus appropriée pour assurer la protection des consommateurs. En effet, il est dans l'intérêt des investisseurs, et en particulier des investisseurs inexpérimentés, de toute l'Union de bénéficier dès que possible d'un ensemble de règles harmonisées offrant un niveau de protection élevé. En outre, comme indiqué précédemment, la prolongation d'une situation dans laquelle différents régimes (c.
  2. Sur cette question importante, il convient de noter que la grande majorité des prestataires de financement participatif bénéficiant actuellement des avantages de la période de transition ont leur siège social dans des États membres, où il existe toutefois un régime spécial de financement participatif qui offre un certain niveau de protection aux investisseurs.
    Sur la base des informations fournies par les ANC, les 9 États membres suivants ont un régime spécial de financement participatif en BE, DE, EL, ES, FI, FR, IT, NL. Selon les ANC, il existe 234 fournisseurs de financement participatif dans ces 9 États membres sur 271 fournisseurs au total dans 22 États membres

5.2.2. Pertinence de l'expansion du point de vue du marché du crowdfunding

  1. Sur la base des commentaires reçus des parties prenantes, il apparaît qu'un nombre important de fournisseurs de financement participatif ne sont pas encore prêts à fonctionner conformément à l'ECSPR pour les raisons détaillées à la section 3.2.3. Prolonger la période de transition donnera aux fournisseurs de financement participatif plus de temps pour se préparer. Cependant, une telle extension ne devrait en aucun cas être un moyen pour les fournisseurs de financement participatif d'adopter une approche prudente, mais plutôt un moyen de les pousser à passer à l'ECSPR dès que possible.
  2. En outre, comme indiqué à la section 3, le très faible nombre de demandes d'autorisation reçues de prestataires de services de financement participatif qui fournissent actuellement des services de financement participatif conformément à la législation nationale est préoccupant (c'est-à-dire seulement 15 dans 22 États membres, fournissant des données à l'ESMA, sur la population estimée dans les mêmes 22 États membres sur 271 fournisseurs de financement participatif).
  3. Il existe un risque tangible qu'un certain nombre d'ANC, et en particulier celles des États membres comptant le plus grand nombre de fournisseurs de financement participatif, ne soient pas en mesure d'approuver les demandes d'un certain nombre de fournisseurs de financement participatif avant le 10 novembre 2022. Comme indiqué précédemment, les implications financières de la suspension de ces fournisseurs pourraient être graves et affecter négativement les marchés nationaux respectifs.

5.2.3. Opinions des ONG sur une extension possible

  1. Sur les 18 ANC qui ont exprimé leur point de vue sur ce sujet10, 6 ANC ont indiqué qu'elles considéraient qu'une prolongation de la période transitoire n'était pas souhaitable et 12 ANC ont exprimé l'avis qu'une telle prolongation serait souhaitable.
  2. Les 10 ANC qui considèrent qu'un renouvellement est souhaitable proviennent d'États membres, représentant près de 84 % (227 entreprises sur 271) du nombre total de fournisseurs de financement participatif dans l'Union.

5.3. Conseils techniques

Alors que la prolongation de la période de transition retardera l'application des règles de protection des investisseurs convenues, il semble que les risques en jeu pour le marché européen du financement participatif dans son ensemble soient importants si la prolongation n'est pas mise en œuvre. Pour cette raison, l'ESMA soutient une prolongation de la période de transition. Dans le même temps, l'ESMA estime qu'une telle extension devrait être conçue (i) de manière à éviter de nouveaux retards indus dans la transition vers l'ECSPR, tout en (ii) garantissant qu'aucun fournisseur de financement participatif existant avec une demande d'autorisation en attente ne finisse par arrêter ses activités.

Par conséquent, l'ESMA invite la Commission à explorer la possibilité de prolonger la période de transition uniquement au profit des prestataires de services de financement participatif qui opèrent actuellement en vertu du droit national et qui ont demandé une autorisation au titre du ECSPR avant la fin de la période de transition actuelle.

À cette fin, et pour faciliter le traitement approprié et rapide des demandes reçues par l'ANC, l'ESMA propose qu'une telle extension soit étendue aux fournisseurs de financement participatif qui ont demandé une autorisation au titre de l'ECSPR d'ici le 1er octobre 2022.

Plateforme de financement participatif Règlement (UE) 2020/1503