fr

Examen du marché

Cet article n'est pas un avis juridique.

Fintech en Arabie Saoudite

Logiciel de technologie financière

Comme mentionné ci-dessus, au cours des deux dernières années, la SAMA et la CMA ont accordé des licences expérimentales temporaires dans le cadre d'une initiative visant à encourager la croissance de la fintech en Arabie saoudite. Ces licences sont délivrées via l'application bac à sable de l'entité respective, mais sont toujours soumises aux mêmes lois qui régissent les transactions financières régulières, à savoir :

  • lois générales sur le contrôle bancaire;
  • les lois générales sur le contrôle des sociétés financières ;
  • Règles de la banque électronique ; aussi bien que
  • Loi sur les transactions électroniques. 1

Cependant, en 2020, la SAMA a approuvé l'introduction de nouvelles lois pour réglementer le secteur des technologies financières, en particulier le financement participatif par emprunt et les fournisseurs de services de paiement (PSP) en Arabie saoudite. Bien que les deux licences soient toujours soumises aux mêmes lois financières traditionnelles mentionnées ci-dessus, un candidat peut désormais demander une licence en fonction de ses activités, plutôt que de simplement s'inscrire à un programme de bac à sable de licence temporaire.1

Malgré l'introduction de nouvelles licences fintech en Arabie saoudite, les transactions fintech sont toujours soumises aux lois normales sur les transactions financières. À ce titre, il n'existe pas de règles fiscales spécifiques applicables aux sociétés fintech. La Direction Générale de la Zakat et des Impôts applique généralement la Zakat aux entreprises locales et l'impôt aux entreprises étrangères. La zakat est de 2,5% du capital de la société, tandis que l'impôt sur les sociétés étrangères ou les actionnaires étrangers est généralement de 20% des revenus de la société, et non du capital. Ainsi, les sociétés fintech seront tenues de verser les mêmes sommes selon la nationalité des actionnaires. Nous pensons que l'application d'aussi peu que 2,5 % aux capitaux propres des entreprises locales et de 20 % aux rendements des actionnaires étrangers montre à quel point les lois fiscales en Arabie saoudite sont favorables aux entreprises, ce qui signifie en fait qu'elles sont également favorables à la fintech.1

Fintech Saudi a identifié huit activités qui ne nécessitent pas de licence de la SAMA ou de la CMA. Ce :

  • agrégation d'informations financières accessibles au public ;
  • outils commerciaux;
  • back-office bancaire ;
  • améliorer la qualité du service client de la banque ;
  • gestion du personnel;
  • la technologie réglementaire (regtech), qui implique l'utilisation de la technologie pour aider les institutions financières à se conformer à la réglementation des services financiers. Les entreprises Fintech peuvent développer des solutions regtech qui ne mènent pas d'activités réglementées, mais aident les institutions financières à se conformer aux exigences ;
  • ludification ; aussi bien que
  • financement participatif basé sur les récompenses (ajouté en tant qu'activité exclue en 2020). 1

Ainsi, l'exercice de ces activités ne devrait pas entraîner l'application des conditions d'obtention d'une licence CMA ou SAMA. En outre, les services d'évaluation du crédit soumis au back-office bancaire sont également exemptés de l'obligation de détenir une licence, car ils font partie des sept activités pouvant être exercées avec une licence.1

La commercialisation est généralement réglementée par le ministère de la Culture et de l'Information (MCI). Le MCI exige des organisations souhaitant exercer des activités publicitaires sous forme imprimée ou électronique qu'elles obtiennent une licence, que l'organisation soit locale ou étrangère. En vertu des lois du MCI, une organisation doit obtenir une licence pour pouvoir vendre ses activités. Une fois autorisée, une entité doit se conformer aux principes de protection des consommateurs bancaires concernant le contenu des documents dont elle souhaite faire la publicité.1

Les sites Web tiers qui comparent les produits ou fournissent des informations sur les produits financiers sont soumis aux règles de la SAMA. Ces sites Web sont actuellement considérés comme des courtiers par SAMA et sont donc soumis à des exigences de licence pour participer à son programme de bac à sable.1

Financement participatif en Arabie Saoudite

Fintech dans d'autres pays

Remarques
  1. https://thelawreviews.co.uk/title/the-financial-technology-law-review/saudi-arabia
Offre pour les investisseurs

Investor
Data Room

Accès gratuit à la salle de données des investisseurs pour obtenir des données sur les nouvelles startups fintech à croissance rapide

Investor Data Room