fr

Examen du marché

Cet article n'est pas un avis juridique.

Financement participatif en Arabie Saoudite

Logiciel de technologie financière

D'une manière générale, il n'y a pas eu de changement dans les lois régissant les fintech, contrairement aux transactions financières classiques. Ainsi, toutes les transactions financières sont régies par les mêmes lois, qu'elles soient fintech ou conventionnelles.1

Cependant, les autorités compétentes ont introduit des licences spécifiques pour certaines activités fintech, ainsi que des directives pour demander ces licences, afin de suivre le rythme des développements en Arabie saoudite. À ce titre, nous énumérons ci-dessous les options disponibles pour les entreprises fintech pour entrer sur le marché saoudien :

  • changer l'activité de l'entreprise en une activité qui ne nécessite pas de licence SAMA ou CMA ;
  • s'associer à une organisation locale agréée par les autorités compétentes ;
  • accéder aux programmes sandbox proposés par SAMA et CMA, qui fournissent des licences temporaires ou expérimentales ;
  • demander une licence de financement participatif par emprunt couverte par la loi sur le contrôle des sociétés financières ;
  • demander une licence de prestataire de services de paiement soumis à la loi sur le contrôle des sociétés financières et ses règlements d'application ; ou
  • demander des activités de soutien financier en vertu de la loi sur la surveillance des sociétés financières. 1

Les sociétés Fintech opérant sous une licence SAMA et postulant dans le cadre du programme sandbox auront jusqu'à six mois, sous réserve de renouvellement, pour exercer leurs activités sur le marché saoudien. Les entreprises qui opèrent dans le cadre de la CMA et qui postulent via leur programme sandbox auront la possibilité de faire des affaires jusqu'à deux ans et pourront renouveler cette licence une fois. Si les activités de l'organisation font l'objet d'un financement participatif par emprunt, de services de paiement ou d'un soutien financier, chaque licence doit être valide pour une période de trois à cinq ans (selon le cas) avec possibilité de renouvellement.1

Si une organisation s'engage dans des activités de financement participatif basé sur la dette, cette organisation peut éviter la phase de bac à sable et demander directement une licence de financement participatif basée sur la dette délivrée par la SAMA, ce qui obligera l'organisation à se conformer à la loi sur l'application des lois sur les sociétés financières.1

Pour obtenir ce type de licence, les candidats doivent présenter :

  1. demande de licence;
  2. les statuts de l'association (AoA) et le règlement intérieur ;
  3. une liste des membres fondateurs ou actionnaires ainsi que des informations sur leurs participations ;
  4. projets de contrats à conclure avec des tiers ;
  5. modèle d'affaires;
  6. si l'organisation est en cours d'enregistrement, une garantie bancaire d'un montant de 5 millions de rials émise en faveur de SAMA jusqu'au versement du capital. 1

En outre, les postes de direction au sein de l'organisation doivent être occupés par des ressortissants saoudiens ayant des qualifications professionnelles en finance. Le capital minimum requis pour établir une licence d'organisation de financement participatif basée sur la dette est de 5 millions de rials, qui peut être augmenté ou diminué à la discrétion de la SAMA au cas par cas. Enfin, lors de la soumission, une notification est reçue de la SAMA et l'organisation doit fournir toute information supplémentaire demandée par la SAMA dans les 30 jours pour que la SAMA émette son consentement initial ou son refus dans les 60 jours. Dès réception de l'approbation initiale de la SAMA, les candidats disposeront d'un délai de six mois pour soumettre l'enregistrement commercial et l'AoA à la SAMA, avec des instructions sur la marche à suivre (sinon, l'approbation initiale expirera). Enfin, ces licences sont valables cinq ans, sous réserve de renouvellement via une lettre de renouvellement de trois mois à adresser à la SAMA.1

De plus, SAMA et CMA visent à réglementer davantage la fintech en Arabie saoudite comme suit. La CMA est le régulateur financier chargé de superviser les activités de valeurs mobilières et les décisions de financement participatif. La SAMA, créée par deux arrêtés royaux, est un organe réglementaire, législatif et judiciaire.1

La création d'une société de gestion d'actifs en Arabie saoudite est soumise à l'obtention d'une licence par la CMA, comme indiqué dans le Règlement sur les fonds d'investissement et le Règlement sur les personnes autorisées de cette dernière. Cela signifie qu'une organisation doit répondre à un certain nombre d'exigences, telles que des exigences minimales en matière de capital et la mise en place de plusieurs fonctions clés internes et la nomination du personnel spécialisé nécessaire, avant de pouvoir opérer en Arabie saoudite.2

Les investissements collectifs réglementés par la SAMA sont généralement autorisés, mais nécessitent une licence et des exigences de capital minimum. Toute activité à des fins de financement est régie par la loi sur le contrôle des sociétés financières promulguée par l'arrêté royal n° M/51 du 13/08/1433 H (correspondant au 07/02/2012 G) (loi sur les sociétés financières) et son application. règlements. La vocation des placements collectifs étant de financer les entreprises, cela conduira à l'application de la loi sur les sociétés financières. Conformément à la loi sur les sociétés financières et à ses règlements d'application, les activités financières ne peuvent être exercées en Arabie saoudite sans l'obtention des licences nécessaires de la SAMA, à condition que ces activités soient conformes aux principes de la charia. Ainsi, toute organisation souhaitant gérer des investissements dans le but de financer d'autres organisations sera soumise aux exigences de licence de la SAMA.1

Afin de pouvoir créer un portail pour la régulation des placements collectifs, le gestionnaire de placements doit obtenir la licence nécessaire offerte par SAMA. De plus, étant donné que de telles activités peuvent donner lieu à un risque de blanchiment d'argent, le gestionnaire de tels investissements peut faire l'objet d'une enquête. En raison de ces risques, la SAMA hésite à autoriser des particuliers ou des entités à facturer des montants de peur qu'ils ne soient utilisés à des fins inappropriées s'ils ne fournissent pas de preuves suffisantes de la manière dont ils ont l'intention de surveiller de près chaque transaction qui se produit. Par conséquent, afin d'obtenir la licence nécessaire, nous conseillons à une organisation de réfléchir à la manière d'atténuer les risques de blanchiment d'argent et de le signaler à la SAMA.1

Alors que le financement participatif par emprunt est désormais réglementé par de nouvelles lois, la CMA autorise le financement participatif par actions en Arabie saoudite, sous réserve de la réglementation des lois et réglementations de la CMA. L'entreprise doit d'abord demander via le portail CMA une licence temporaire pour mener des activités de financement participatif pendant la période d'essai. Comme pour les placements collectifs, la collecte de fonds étant une activité confidentielle, une entité souhaitant réaliser un financement participatif doit fournir des preuves suffisantes de la manière dont elle entend surveiller de près toute activité de blanchiment d'argent qui pourrait avoir lieu. Une fois approuvée par la CMA et après avoir terminé avec succès la période d'essai, elle peut se voir accorder une licence permanente lui permettant d'exploiter des activités de financement participatif en Arabie saoudite.1

Semblable à l'investissement collectif, dans la mesure où le prêt entre pairs relève des activités financières, il est réglementé par la SAMA et soumis à la loi sur les sociétés financières. Pour qu'une personne morale puisse exercer des activités liées au prêt entre particuliers, elle doit s'assurer que sa personne morale dispose d'une licence SAMA et que les activités menées sont conformes aux principes de la charia.1

De plus, si un organisme est responsable de la gestion de sommes, il sera assujetti aux règles de la LMC. En effet, les activités de gestion relèvent des activités de valeurs mobilières telles que spécifiées dans le Règlement sur les valeurs mobilières émis par l'AMC. Ainsi, étant donné que le prêt entre particuliers est une activité financière et que sa gestion relève des activités de sécurité, une telle entité initiera les exigences de licence SAMA et CMA. Après avoir obtenu toutes les licences, l'organisation sera autorisée à exercer des activités de prêt et de gestion en Arabie saoudite.1

Banque en Arabie Saoudite

Fintech en Arabie Saoudite

Fintech dans d'autres pays

Remarques
  1. https://thelawreviews.co.uk/title/the-financial-technology-law-review/saudi-arabia
  2. https://cma.org.sa/en/RulesRegulations/Regulations/Documents/IFRs%20Regulations-%20Final%20English.pdf
Offre pour les startups

Démarrage rapide pour 5 000 $

Vous pouvez lancer votre plateforme en payant 5 000 $ initialement et le reste après 6 à 12 mois si votre entreprise se développe