fr

Examen du marché

Cet article n'est pas un avis juridique.

Financement participatif en Autriche

Logiciel de technologie financière

En vertu de l'Alternative Finance Act (AFA), introduite à l'origine pour aider les petites et moyennes entreprises (PME) à entreprendre un financement participatif selon un ensemble de règles qui facilitent l'accès au financement, des exigences de financement simplifiées s'appliquent. Bien que le financement participatif basé sur les dons ou les récompenses n'ait fait l'objet d'aucune restriction importante, les campagnes de financement participatif typiques impliquant la collecte de fonds auprès du public à des fins d'investissement ont généralement été soumises aux exigences d'un prospectus de l'AMC.1

Depuis fin 2021, les règles AFA sont devenues une alternative au financement participatif conformément aux règles du Règlement (UE) 2020/1503 (EU Crowdfunding Regulation).1

AFA correspond à CMA. L'AFA s'applique à l'émission de valeurs mobilières et de placements en vertu de la dispense de prospectus de la LMC. La structure simplifiée ne s'applique pas seulement aux PME. Au contraire, tous les types d'émetteurs (y compris les entités agréées) peuvent utiliser des règles simplifiées.1

Dans le cadre de l'AFA, des valeurs mobilières peuvent être émises sans qu'il soit nécessaire d'établir un prospectus si le montant total de chaque émission n'atteint pas 2 millions d'euros. Cela ne signifie toutefois pas que ces rejets ne sont pas réglementés. Les émetteurs seront tenus de préparer un document d'informations clés qui divulgue aux investisseurs des informations importantes sur l'émetteur et le projet connexe. Toutefois, la charge de préparer un prospectus (simplifié) et (dans le cas des valeurs mobilières) de faire approuver le prospectus par la FMA a été supprimée, ce qui devrait contribuer à réduire les coûts pour les émetteurs.1

Les restrictions suivantes doivent être prises en compte : (1) l'encours total de tous les investissements levés via l'AFA ne peut excéder 5 millions d'euros sur une période de sept ans ; (2) le montant total de tous les titres et investissements émis dans le cadre de l'AFA ne peut excéder 2 millions d'euros sur une période de 12 mois ; et (3) l'encours cumulé de tous les titres et investissements dans l'Union européenne ne peut pas dépasser 5 millions d'euros dans les 12 mois (y compris les offres de financement participatif dans le cadre du règlement européen sur le financement participatif). Si les nouvelles émissions dépassent ces seuils, toute nouvelle émission devra faire l'objet d'un prospectus conformément à la CMA. Il existe des limites sur les montants que les investisseurs particuliers peuvent investir dans des instruments de financement alternatifs (généralement 5 000 € sur 12 mois) qui doivent être pris en compte lors de la détermination du marché cible pour un tel instrument.1

Les émetteurs de valeurs mobilières ne sont pas tenus de recourir à des règles simplifiées. Ils peuvent continuer à préparer un prospectus complet pour les valeurs mobilières de l'UE (par exemple, lorsque cela est avantageux pour le placement de valeurs mobilières, etc. ou lorsque le prospectus doit être certifié); dans ce cas, les règles de l'AFA ne s'appliqueront pas à ces rejets.1

Les crypto-monnaies sans émetteur générées sur un protocole blockchain utilisant la technologie minière et un registre distribué, comme le bitcoin et l'éther, ne sont pas considérées comme des devises, des instruments financiers ou des titres négociables en Autriche.1

Cela signifie que le commerce de ces crypto-monnaies n'est pas une activité réglementée, mais selon le modèle commercial, une licence de commerce peut être requise. Cependant, si l'actif sous-jacent d'un dérivé est composé de crypto-monnaies, ce dérivé peut être qualifié d'instrument financier en vertu de MiFID II. On peut supposer qu'il en va de même si la valeur du jeton est liée à des crypto-monnaies telles que le bitcoin ou l'éther. Cependant, il n'est pas clair si les FMA traitent les pièces stables qui lient un jeton à la monnaie fiduciaire de la même manière. Il semble plutôt que la FMA traite ces pièces stables comme de la monnaie électronique.1

Les réglementations anti-blanchiment d'argent (AML) applicables s'appliquent aux fournisseurs de portefeuilles de garde et aux plateformes d'échange de crypto-monnaie. Ces vendeurs doivent maintenant demander leur enregistrement auprès de la FMA et doivent valider un programme de conformité qui garantit une conformité totale avec les réglementations AML.1

La collecte de fonds avec des jetons est généralement soumise aux mêmes règles que toute autre forme de collecte de fonds. Ces règles s'appliquent lorsque des fonds sont levés en Autriche, que l'émetteur ou l'offreur soit basé en Autriche ou opère depuis l'étranger.1

Banque en Autriche

Fintech en Autriche

Fintech dans d'autres pays

On vous présente

Avocats Fintech en Autriche

Kristina Berkes

Kristina Berkes

Participation en tant qu'avocat dans des fonds de capital-risque d'investissement, réalisation d'opérations de fusion-acquisition dans le domaine de l'informatique, support pour iGaming et actifs commerciaux

Viacheslav Losev

Viacheslav Losev

Accompagnement juridique des projets FinTech et Blockchain

Denis Polyakov

Denis Polyakov

Services juridiques complets pour les entreprises sur le droit des sociétés, le droit fiscal, la législation sur les crypto-monnaies, les activités d'investissement

Remarques
  1. https://thelawreviews.co.uk/title/the-financial-technology-law-review/austria
Offre pour les startups

Démarrage rapide pour 5 000 $

Vous pouvez lancer votre plateforme en payant 5000 $ initialement et le reste après 6 mois si votre entreprise se développe