fr

Examen du marché

Cet article n'est pas un avis juridique.

Le financement participatif en Suisse

Logiciel de technologie financière

Les entreprises Fintech peuvent vendre leurs produits et services selon les mêmes règles que les prestataires de services financiers établis. Des restrictions s'appliquent notamment si une entreprise recherche des fonds et contacte plus de 20 investisseurs potentiels (voir section II.i).1

Les placements collectifs réglementés par la LPCC sont des actifs levés auprès d'investisseurs à des fins de placement collectif, qui sont gérés aux frais des investisseurs, et les exigences d'investissement des investisseurs sont satisfaites sur un pied d'égalité. Les placements collectifs ouverts sont organisés en vertu du droit des sociétés ou des contrats ; les régimes fermés ne sont organisés que conformément à la loi sur les sociétés. Une licence n'est pas requise pour un organisme de placement collectif sous la forme d'une société par actions s'il est enregistré ou si seuls des investisseurs qualifiés y participent.1

En vertu du droit suisse, le financement participatif est autorisé et ne nécessite pas en soi de licence. Toutefois, si le financement participatif concerne des « actifs levés auprès d'investisseurs à des fins de placement collectif » et que ces actifs de financement participatif sont gérés aux frais des investisseurs (par un tiers), sous réserve des dispositions d'égalité de traitement, ils seront qualifiés d'OPCVM au sens du CISA. Dans ce cas, les exigences pertinentes selon CISA doivent être respectées.1

Le prêt participatif, également connu sous le nom de prêt entre pairs, n'est lui-même pas réglementé. Cependant, selon sa structure spécifique, il peut être soumis à la loi bancaire, FIA, LBA, etc. Par ailleurs, un contrat de crédit à la consommation est un contrat par lequel un prêteur accorde ou promet d'accorder un prêt (et pas plus de CHF 80'000. ) au consommateur sous la forme d'un paiement différé, d'un prêt ou d'un autre montage financier similaire. En général, la CCA s'appliquera aux activités de financement participatif si la contrepartie doit être qualifiée de consommateur. Dans ce cas, il sera nécessaire de se conformer aux règles CCA pertinentes; par exemple, le taux d'intérêt maximal possible sur les prêts à la consommation est actuellement de 10 %.1

Les plateformes fournissant des services de financement participatif et de prêt participatif n'ont pas besoin de licence si les fonds des investisseurs sont envoyés directement aux projets (c'est-à-dire pas via la plateforme). Si des fonds sont envoyés via des comptes de plateforme, cela ne peut se faire que sans licence bancaire, si le compte est sans intérêt, les fonds sont conservés sur le compte pendant 60 jours maximum et le client est informé que la plateforme ne avoir une licence. La plateforme devra s'enregistrer en tant qu'intermédiaire financier auprès d'un OAR et se conformer aux obligations AML.1

Même un promoteur de projet peut être considéré comme une banque s'il accepte plus de 20 prêts et que le montant dépasse 1 million de francs suisses.1

Les prêts peuvent être vendus sur des marchés secondaires soumis aux lois AML. Toutefois, la cession de crédit nécessite soit la cession d'un contrat, soit la cession d'une créance. La cession des créances ne peut être faite que par écrit ; en d'autres termes, avec la signature manuscrite (ou électronique) du cédant (des règles particulières s'appliquent aux jetons DLT).1

Banque en Suisse

Fintech en Suisse

Fintech dans d'autres pays

On vous présente

Avocats en technologies financières en Suisse

Maxim Minaev

Maxim Minaev

Nous fournissons des services juridiques et organisationnels pour la création, la structuration et le développement de sociétés fintech

Langues : EN LV RU

Remarques
  1. https://thelawreviews.co.uk/title/the-financial-technology-law-review/switzerland
Offre pour les startups

Démarrage rapide pour 5 000 $

Vous pouvez lancer votre plateforme en payant 5 000 $ initialement et le reste après 6 à 12 mois si votre entreprise se développe