fr

Examen du marché

Cet article n'est pas un avis juridique.

Monnaies virtuelles aux États-Unis

En 2013, le FinCEN a publié des directives explicatives clarifiant sa position selon laquelle la BSA s'applique aux personnes qui créent, reçoivent, distribuent, échangent, acceptent ou transfèrent des monnaies virtuelles.1

Le FinCEN classe ces personnes comme des échangeurs ou des administrateurs de monnaies virtuelles, qui sont traitées comme des transferts d'argent, nécessitant un enregistrement en tant qu'ESM.1

Les transferts d'argent sont tenus de se conformer aux obligations de la BSA applicables aux ESM, notamment : l'enregistrement auprès du FinCEN ; développer, mettre en œuvre et maintenir des programmes AML et KYC efficaces ; soumission de rapports sur les activités suspectes et de rapports sur les opérations de change ; et tenir d'autres registres.1

En 2014, l'IRS a publié les premières directives de l'agence relatives à la crypto-monnaie, définissant formellement la monnaie virtuelle comme "une représentation numérique de la valeur qui fonctionne comme un moyen d'échange, une unité de compte et/ou une réserve de valeur".1

Le bitcoin est une monnaie virtuelle convertible car il peut être échangé numériquement entre utilisateurs et acheté ou échangé contre des dollars américains, des euros et d'autres monnaies réelles ou virtuelles.1

L'IRS traite les monnaies virtuelles comme des biens et applique les principes fiscaux généraux applicables aux transactions immobilières aux transactions utilisant des monnaies virtuelles.1

Cela signifie que pour chaque vente ou échange de monnaie virtuelle, une plus-value ou une moins-value sur la vente doit être constatée.1

Depuis 2015, la CFTC exerce un contrôle réglementaire sur les monnaies virtuelles en tant que marchandises en vertu de la loi sur les échanges de marchandises qui peuvent être achetées sur le marché au comptant ou au comptant ou par le biais d'offres initiales de pièces (ICO).1

La CFTC exerce ses pouvoirs généraux de lutte contre la fraude et la manipulation des monnaies virtuelles dans le cadre du Commodity Exchange Act.1

Les tribunaux fédéraux ont confirmé l'interprétation de la CFTC selon laquelle les monnaies virtuelles sont des marchandises relevant de sa compétence réglementaire.1

Le Wyoming et New York sont à l'avant-garde de l'élaboration d'une réglementation claire des actifs numériques.1

L'État de New York a créé son propre régime de réglementation de la monnaie virtuelle et exige que toute personne se livrant à l'une des activités suivantes obtienne une licence spéciale appelée BitLicense :

  • Transfert de devise virtuelle
  • Détenir ou contrôler de la monnaie virtuelle pour le compte d'autrui
  •  Acheter et vendre de la monnaie virtuelle en tant qu'entreprise cliente
  • Fournir des services de change en tant qu'entreprise cliente
  • Contrôler, administrer ou émettre de la monnaie virtuelle 1

Remarques
  1. https://thelawreviews.co.uk/title/the-financial-technology-law-review/usa