fr

Examen du marché

Cet article n'est pas un avis juridique.

Plateformes fintech étrangères sur le marché indien

Logiciel de technologie financière

L'Inde n'a pas de régime réglementaire conçu pour obtenir des licences étrangères directement d'une autre juridiction et les utiliser en Inde pour fournir des services financiers. Les entités étrangères titulaires d'une licence souhaitant fournir des services réglementés similaires en Inde doivent demander séparément une autorisation appropriée en vertu de la législation indienne applicable pour de telles activités. Bien qu'en pratique, il puisse être plus facile pour les organisations disposant d'une licence valide dans certaines juridictions étrangères d'obtenir le permis approprié en Inde. À cet égard, les politiques d'IDE de l'Inde pour les services financiers sont généralement favorables, autorisant généralement des politiques d'IDE allant jusqu'à 100 % sur la voie automatique (c'est-à-dire sans l'approbation du gouvernement indien) pour la plupart des services financiers. réglementées par la RBI et la SEBI, ainsi que pour les activités des intermédiaires d'assurance. Cela est soumis au respect des conditions prescrites liées à la politique d'investissement direct étranger et aux réglementations de l'industrie.1

Toute restriction à l'offre de services ou de produits fintech de l'étranger sans présence physique ou licence locale en Inde dépend en grande partie de la question de savoir si et dans quelle mesure ces activités sont réglementées en Inde. Par exemple, dans le cadre réglementaire actuel, de nombreux services et produits fintech tels que les portefeuilles de paiement, les plateformes de prêt peer-to-peer et les services de conseil en investissement ne peuvent être fournis que par des entités juridiques constituées et enregistrées en Inde. De même, les entités étrangères proposant de fournir des services de paiement et de règlement en Inde doivent obtenir l'approbation préalable de la RBI. Les paiements et transactions transfrontaliers en Inde sont très réglementés et seule une personne autorisée par la RBI peut effectuer des transactions en devises ou en valeurs mobilières étrangères en tant que courtier agréé, bureau de change ou unité bancaire offshore. En tant que tel, la juridiction de SEBI est limitée aux marchés des valeurs mobilières indiens et les services fournis aux investisseurs indiens en relation avec les marchés mondiaux peuvent être en dehors du champ d'application de la réglementation de SEBI.1

Un problème transfrontalier important pour les entités étrangères fournissant des services fintech en Inde est l'obligation de localiser les données financières pour divers services sur des serveurs ou des équipements situés en Inde, y compris les fournisseurs de systèmes de paiement, les intermédiaires de paiement et les plateformes de prêt entre pairs. Pour les transactions de paiement transfrontalières, les données financières peuvent être temporairement transférées à l'étranger dans le but de traiter la transaction, mais après cela, elles devront être supprimées des systèmes étrangers et stockées uniquement en Inde. Ces exigences limitent inévitablement le placement des données financières dans le cloud ou sur un serveur en dehors de l'Inde.1

Une société étrangère peut également être tenue de se conformer à certaines dispositions de la loi sur les sociétés indiennes si elle a un «établissement commercial» en Inde (que ce soit directement ou par l'intermédiaire d'un agent), physiquement ou électroniquement, et exerce une activité commerciale en Inde. . . En outre, la réglementation indienne récemment modifiée sur la protection des consommateurs, à savoir la loi de 2019 sur la protection des consommateurs et le règlement de 2020 sur la protection des consommateurs (commerce électronique), comprend des dispositions spécifiques sur le "commerce électronique", qui englobent de manière générale l'achat ou la vente de biens ou de services. y compris les produits numériques sur des réseaux numériques ou électroniques. Ces règles s'appliquent également aux sociétés de commerce électronique étrangères qui ne sont pas enregistrées en Inde mais qui proposent "systématiquement" des biens ou des services aux consommateurs indiens, y compris en matière bancaire, financière et d'assurance.1

Le gouvernement indien a récemment élaboré un cadre réglementaire pour la création de centres de services financiers internationaux (IFSC) en Inde sous la juridiction d'un seul organisme de réglementation (c'est-à-dire l'Autorité des centres de services financiers internationaux (IFSCA)) afin d'aligner l'Inde sur les centres financiers mondiaux et pour attirer les investisseurs étrangers. Les IFSC ont été conçus comme des zones économiques spéciales et des centres financiers situés en Inde.1

Récemment, les sociétés fintech en Inde ont fait l'objet d'un contrôle judiciaire dans le cadre d'ordonnances judiciaires et de litiges d'intérêt public pour des questions telles que la violation des exigences d'autorisation, la localisation des données et l'utilisation abusive des données. Les pétitions appellent généralement à une intervention judiciaire pour interdire aux entreprises de technologie financière d'opérer en Inde sans présence locale et ordonner aux régulateurs de développer un cadre juridique plus complet et plus strict pour les entreprises de technologie et de commerce électronique opérant dans le secteur financier indien.1

Fintech en Inde

Fintech dans d'autres pays

On vous présente

Avocats en technologie financière en Inde

Ilya Druzhinin

Ilya Druzhinin

J'ai plus de 22 ans d'expérience dans la pratique juridique, dont la plupart sont accompagnées de projets e-com et fintech

Langues : RU EN

Remarques
  1. https://thelawreviews.co.uk/title/the-financial-technology-law-review/india
Offre pour les startups

Démarrage rapide pour 5 000 $

Vous pouvez lancer votre plateforme en payant 5 000 $ initialement et le reste après 6 à 12 mois si votre entreprise se développe