fr

Examen du marché

Cet article n'est pas un avis juridique.

Financement participatif en Inde

Logiciel de technologie financière

Un « fonds commun de placement » est un mécanisme hautement réglementé de mise en commun de l'argent public. Le fonds commun est en outre investi dans une sélection diversifiée de catégories d'actifs et d'instruments du marché des capitaux (y compris des actions et des titres de créance) par un gestionnaire de fonds professionnel. Les fonds communs de placement (y compris les agents et les distributeurs) sont strictement réglementés et supervisés par SEBI conformément aux réglementations du MF et de la Mutual Fund Association en Inde. SEBI a assoupli les exigences de revenus, ouvrant la voie aux startups fintech soutenues par VC pour parrainer et lancer des fonds communs de placement.1

Un Fonds d'Investissement Alternatif (FIA) est un véhicule d'investissement commun peu réglementé avec des engagements financiers relativement importants de la part d'investisseurs expérimentés. Les FIA sont régis par le SEBI conformément à ses règles sur les FIA, qui prescrivent un ensemble général et spécifique de restrictions d'investissement pour les FIA, y compris à l'égard des gestionnaires de FIA. Les FIA peuvent être structurés sous la forme d'un trust, d'une société en commandite simple ou d'une société, ainsi que dans différentes catégories définies en fonction de leurs critères d'investissement.1

La catégorie résiduelle existe en Inde sous la forme de régimes d'investissement collectif (CIS), qui sont définis par le SEBI comme des véhicules exploités par toute entreprise, en vertu desquels les contributions des investisseurs publics sont regroupées et utilisées aux fins du régime afin de générer bénéfices, revenus, produits ou biens et sont strictement réglementés.SEBI conformément à son règlement CIS. À cet égard, toute mise en commun de fonds dans le cadre d'un programme ou d'un arrangement impliquant une taille de coque d'environ 13,75 millions de dollars américains ou plus et non enregistrée auprès du SEBI est considérée comme un CIS. Les sociétés coopératives, les participations de la NBFC, les participations du public en vertu de la loi sur les sociétés indiennes, les contrats d'assurance, les régimes de retraite et les participations dans des fonds communs de placement ne sont pas inclus dans le CIS.1

Des formes alternatives de levée de capitaux telles que le prêt participatif et le financement participatif se sont récemment généralisées en Inde.1

Les plates-formes de prêt participatif qui facilitent les activités de prêt peer-to-peer (P2P) sont désormais réglementées par RBI en tant que NBFC en Inde en vertu de règles spécifiques (dispositions P2P). Ces règles, qui définissent les principes d'enregistrement et de fonctionnement des plateformes P2P, sont moins onéreuses que les règles applicables aux autres catégories de la NBFC étant donné que les plateformes P2P sont considérées comme posant relativement moins de risque systémique. Le rôle des plateformes P2P se limite à agir en tant qu'intermédiaires ou places de marché qui fournissent des services pour faciliter les prêts entre participants. Ces plateformes sont soumises à un certain nombre de restrictions, notamment une interdiction de :

  • empruntez-vous;
  • fournir ou organiser un rehaussement de crédit ou une garantie ;
  • promouvoir les prêts garantis ;
  • retenir les fonds reçus des membres ;
  • permettre le flux international de fonds ; ou
  • permettre de prêter au-delà des limites d'échéance et d'exposition pour un seul emprunteur. 1

Alors que les initiatives de financement participatif basées sur des récompenses ou des dons sont généralement autorisées en Inde avec une surveillance réglementaire limitée, la situation juridique du financement participatif fondé sur des actions n'est pas claire. Le SEBI n'a pas encore formulé de loi ni sa position finale sur le financement participatif par actions, mais a entre-temps publié une déclaration publique aux investisseurs les mettant en garde contre les plateformes en ligne qui facilitent la collecte de fonds. Il a également déclaré que ces plateformes numériques ne sont autorisées ou reconnues par aucune loi en Inde et que les transactions sur ces plateformes seraient contraires aux lois sur les valeurs mobilières applicables et à la loi indienne sur les sociétés. Ainsi, en l'absence de clarté réglementaire et d'un cadre favorable au financement participatif en fonds propres, l'activité reste dans une zone grise de la réglementation en Inde, à tort qu'elle est interdite par la loi.1

Bancaire en Inde

Fintech en Inde

Fintech dans d'autres pays

Remarques
  1. https://thelawreviews.co.uk/title/the-financial-technology-law-review/india
Offre pour les startups

Démarrage rapide pour 5 000 $

Vous pouvez lancer votre plateforme en payant 5 000 $ initialement et le reste après 6 à 12 mois si votre entreprise se développe