fr

Examen du marché

Cet article n'est pas un avis juridique.

Financement participatif en Allemagne

Logiciel de technologie financière

Les solutions de financement innovantes et les modèles commerciaux liés aux services de paiement sont des domaines typiques dans lesquels les entreprises fintech font des affaires en Allemagne. Les régulateurs tentent depuis plusieurs années de trouver une position sur les OPCVM, en équilibrant la réglementation pour protéger les investisseurs, en particulier les investisseurs de détail, et en permettant des solutions innovantes pouvant également servir les intérêts des investisseurs de détail. En fin de compte, les législateurs européens et allemands sont arrivés à la conclusion que les exigences réglementaires applicables aux modèles commerciaux d'investissement en général (sous réserve de privilèges limités) s'appliquent également aux organismes de placement collectif. De même, pour les marchés numériques en général, les législateurs allemands et la BaFin appliquent le principe neutre sur le plan technologique « même entreprise, même risque, même réglementation ». Ainsi, la portée exacte des exigences applicables, en particulier l'évaluation de la question de savoir si une exigence de licence peut être déclenchée en vertu du KWG ou du WpIG, nécessite généralement une analyse approfondie du modèle commercial spécifique et doit être examinée au cas par cas. base. - base de cas.1

Dans le domaine du financement participatif, en octobre 2020, le législateur de l'UE a adopté un règlement paneuropéen établissant un régime réglementaire complet pour les prestataires de services de financement participatif de l'UE pour les entreprises, ECSPR, qui est devenu directement applicable dans tous les États membres de l'UE en tant que norme européenne unique. pour le crowdfunding crédit et equity à partir de novembre 2021.1

La question de savoir si les réglementations s'appliquent aux prêts entre particuliers, et si oui, lesquelles, dépend du modèle commercial spécifique. Le financement participatif basé sur des dons d'investisseurs pour soutenir un projet spécial (sponsorisme participatif) n'est généralement pas soumis à une réglementation financière. Si toutefois l'investisseur tire un avantage financier de son investissement ; par exemple, en participant aux bénéfices futurs d'un projet (crowdinvesting) ou en recevant un remboursement avec ou sans intérêt (crowdlending), des règles particulières s'appliquent. Ces règles peuvent être divisées en celles soumises aux lois de surveillance, aux lois sur la protection des consommateurs et aux lois sur les marchés des capitaux. À partir du 10 novembre 2021, un traitement spécial pour les prestataires de services de financement participatif s'appliquera conformément à l'ECSPR et aux dispositions pertinentes du droit allemand.2

Les prêts entre pairs sous forme de financement participatif ou de prêt participatif peuvent avoir des implications en vertu des lois de surveillance financière pour le prêteur, l'emprunteur et la plateforme. Le principal problème est lié aux éventuelles exigences en matière de licences. En particulier, il est nécessaire de tenir compte de l'exigence d'agrément de l'activité de prêt. Une exigence de licence survient si le créancier agit à des fins commerciales ou d'une manière qui nécessite une activité commerciale. Cela suffit si le prêteur a l'intention de s'engager à plusieurs reprises dans des activités de crédit à des fins lucratives.3

La collecte de dépôts à des fins commerciales ou à une échelle nécessitant une activité commerciale est également soumise à autorisation. Ces exigences peuvent devenir pertinentes pour toutes les parties concernées ; par exemple, une plateforme si elle détient des fonds fournis par des prêteurs jusqu'à ce que les fonds soient transférés à un ou plusieurs emprunteurs. Si la plate-forme remplit cette fonction et transfère des fonds des investisseurs aux emprunteurs, la plate-forme peut également être soumise à une licence en vertu de la ZAG pour fournir des services de paiement. L'exigence de licence en vertu du KWG peut également devenir pertinente pour les investisseurs fournissant des fonds à un ou plusieurs emprunteurs. Même les emprunteurs peuvent être soumis à une licence pour exploiter une entreprise de dépôt lorsqu'ils reçoivent des fonds de la plateforme ou des investisseurs.1

Compte tenu de ces contraintes réglementaires, les modèles commerciaux de prêt entre pairs en Allemagne impliquent généralement une banque frontale autorisée à prêter et à accepter des dépôts. Dans ces modèles, la banque transférante accorde des prêts aux emprunteurs et la banque refinance les prêts en vendant les créances de remboursement qui en découlent à une plate-forme de revente à des investisseurs ou directement à des investisseurs qui reçoivent finalement une exigence de remboursement à l'encontre de l'emprunteur. Les différentes transactions commerciales entre les parties concernées liées à l'octroi de crédit sont interdépendantes au moyen de conditions préalables. Ainsi, la banque n'est tenue de prolonger le prêt que si les investisseurs se sont engagés à fournir des fonds suffisants pour acheter les créances de remboursement découlant du prêt. La plateforme, qui est généralement une entreprise fintech, agit comme un courtier dans ce modèle, mettant en relation les investisseurs et les emprunteurs.1

Cette structure n'est généralement pas critique pour les investisseurs, car ils ne reçoivent qu'une obligation de remboursement, qui n'est pas soumise à licence, à condition que l'acquisition ne se fasse pas dans le cadre d'un accord-cadre. Dans ce dernier cas, il peut être nécessaire d'obtenir une licence pour l'exercice d'activités d'affacturage. Pour les emprunteurs, ce modèle n'est pas non plus un problème. Vous pourriez penser s'ils sont dans le secteur des dépôts. Toutefois, en vertu de la législation allemande, il est généralement admis qu'emprunter auprès d'une banque agréée ne constitue pas une acceptation de dépôts. Dans ce modèle, la banque frontale dispose des licences nécessaires, la question reste donc de savoir si la plateforme exerce des activités commerciales conformément aux exigences de la licence.1

Depuis novembre 2021, les prestataires de services de financement participatif dans l'UE sont soumis à un régime réglementaire unique défini dans le ECSPR. Le concept clé de l'ECSPR est le "service de financement participatif", défini comme l'alignement des intérêts des investisseurs et des porteurs de projet dans le financement d'une entreprise par l'utilisation d'une plateforme de financement participatif et consistant à faciliter l'octroi de prêts ou de placements sans engagement ferme, tel que mentionné dans MiFID II, sur les valeurs mobilières et instruments éligibles au financement participatif émis par des porteurs de projet ou une société ad hoc, ainsi que l'acceptation et la transmission des ordres des clients portant sur ces valeurs mobilières et instruments éligibles au financement participatif.1

Les éléments suivants ne relèvent pas du champ d'application de l'ECSPR :

  • les services de financement participatif fournis aux porteurs de projets qui sont des consommateurs (les prêts à la consommation sont déjà soumis à un régime réglementaire distinct en vertu de la directive sur le crédit à la consommation) ;
  • les services liés aux services de financement participatif fournis conformément à la législation nationale ; aussi bien que
  • propositions de financement participatif dont le seuil est supérieur à 5 millions d'euros calculé sur 12 mois. 1

En conséquence, le Règlement Prospectus de l'UE a été modifié en conséquence afin que l'obligation de publier un prospectus ne s'applique pas à une offre au public de valeurs mobilières d'un prestataire de services de financement participatif agréé en vertu du ECSPR, à condition qu'elle ne dépasse pas le seuil ci-dessus. Une disposition explicative correspondante concernant l'exemption en vertu du Règlement Prospectus de l'UE a été incluse dans le WpPG allemand.1

En vertu de l'ECSPR, les fournisseurs de services de financement participatif doivent demander une autorisation auprès de l'autorité de surveillance nationale de leur État membre de l'UE et doivent être enregistrés auprès du registre de l'Autorité européenne des marchés financiers (ESMA), qui comprend toutes les plateformes de financement participatif actives. L'ECSPR établit des exigences uniformes pour la fourniture de services de financement participatif, y compris des exigences prudentielles (les garanties sont généralement d'au moins 25 000 €), une gestion efficace et saine, des exigences minimales de diligence raisonnable pour les propriétaires de projets à proposer sur la plateforme de financement participatif et des exigences . traiter les plaintes et les conflits d'intérêts. L'ESMA a publié 12 projets de normes techniques de réglementation dans le cadre de l'ECSPR sur des questions telles que le traitement des réclamations, les conflits d'intérêts, les demandes d'autorisation, les informations clés sur les investissements et les obligations d'information et de déclaration, qui sont actuellement en cours de consultation.1

L'ECSPR devrait faciliter le développement de plateformes de financement participatif et la fourniture de services de financement participatif transfrontaliers. Il reste à voir quel sera l'impact de l'ECSPR sur l'activité de financement participatif à l'avenir.1

L'Allemagne, comme le reste de l'Union européenne, a des réglementations relativement strictes en matière de protection des consommateurs. Cela vaut également pour les prêts à la consommation. Par conséquent, un contrat direct entre un prêteur et un emprunteur négocié par une plateforme de prêt entre particuliers impose au prêteur des obligations d'information importantes en vertu des articles 491 et suivants. BGB à condition que le prêteur agisse à des fins commerciales et que l'emprunteur soit un consommateur. Compte tenu de la structure typique des plateformes de prêt peer-to-peer en Allemagne, la banque avancée mise en œuvre dans la structure doit généralement remplir ces obligations.1

En outre, étant donné que les plateformes de prêt entre particuliers proposent généralement leurs services en ligne, il convient de tenir compte des règles de protection des consommateurs en matière de vente à distance (section 312a et suivantes du BGB). Ces règles sont basées sur le droit de l'UE et, en général, ne devraient pas différer entre les États membres de l'UE.1

Banque en Allemagne

Fintech en Allemagne

Fintech dans d'autres pays

On vous présente

Avocats en technologies financières en Allemagne

Viacheslav Losev

Viacheslav Losev

Accompagnement juridique des projets FinTech et Blockchain

Langues : RU EN

Silvia Calls

Silvia Calls

Nous travaillons pour les petites et moyennes entreprises internationales, les start-ups et les entreprises de télécommunications

Langues : EN ES

Remarques
  1. https://thelawreviews.co.uk/title/the-financial-technology-law-review/germany
  2. http://www.bafin.de/EN/Aufsicht/FinTech/Crowdfunding/crowdfunding_artikel_en.html
  3. http://www.bafin.de/SharedDocs/Veroeffentlichungen/DE/Merkblatt/mb_070514_kreditvermittlungsplattform.html
Offre pour les startups

Démarrage rapide pour 5 000 $

Vous pouvez lancer votre plateforme en payant 5 000 $ initialement et le reste après 6 à 12 mois si votre entreprise se développe